res
Douleurs pelvienne-perineale

Dysménorrhée ou douleur de règles

Les douleurs de règles peuvent atteindre 60-91 % des femmes en fonction des études . Leur fréquence ne doit pas nous faire banaliser cette problématique, mais au contraire doit nous alerter sur ce probleme majeur de santé publique, qui induit une invalidité chez un grand nombre de femmes et renforce l’idée, qu’il faut trouver une solution pour ces patientes.

Une récente etude Australienne sur 1051 filles de 15 à 19 ans , a évaluer à 93% le taux de douleur de règles dans cette population.

LES DOULEURS PENDANT LES RÈGLES PEUVENT ETRE EQUIVALENT A UNE DOULEUR PELVI-PERINEAL   : Douleur pelvienne de type crampe utérine Peuvent être accompagné de céphalée, nausée, vomissement, diarrhée jusqu’au trémulation. Les douleurs peuvent apparaitre aussi avant les règles ou pendant les règles

Il existe deux types de douleur de règles :

Les DYSMENORRHÉE PRIMAIRE

  • Débute rapidement après les premières menstruations
  • Patiente jeune (-20 ans)
  • Pas de pathologie pelvienne évidente

DYSMENORRHEE SECONDAIRE

  • Apparition à distance des premières menstruations
  • Patiente plus de 20 ans
  • Fréquence de pathologie pelvienne : Endométriose, Adenomyose, fibromatose, stenose cervical post chirurgical

 Les douleurs de règles peuvent s’ameliorer avec l’âge, en fonction de leur cause.

Pourquoi les règles peuvent-elles être douloureuses ?

Chez les patientes douloureuses, il a été remarqée une augmentation de la secretion d’agent augmentant la contraction utérine . Ceci induit une diminution de l’oxygénation de l’utérus, ce phenomène d’hypoxie tissulaire induit une douleur.

La prostaglandine est un des agents favorisants la contraction, le passage dans le sang de cette hormone peut donner des diarrhées, malaise, vomissement.

Est ce que si  j'ai des douleurs de règles, cela signifie que j'ai de l'endométriose ?

Même si Beaucoup de patientes atteintes d’endométriose présentent des douleurs de règles, le fait d’avoir des douleurs de règle ne signifie pas que vous êtes atteintes, forcément d’endométriose.

De multiple cause peuvent en être responsable :

  • Idiopathique
  • Adénomyose
  • Hypersensibilite pelvienne central
  • Fibromatos stenose cervical
  • Syndrôme douloureux utérin
  • Etc...

Quel traitement proposé ?

TRAITEMENT MÉDICAUX

  • CONTRACEPTION ORALE OESTROPROGESTATIF Diminue la synthèse de prostaglandine endométriale par l’hypotrophie secondaire
  • PROGESTATIF : MACROPROGESTATIF
    • 16ème au 25ème jour : bonne tolérance , mais pas d' effet contraceptif
    • 6ème au 25ème jour : effet contraceptif, mais mauvaise tolérance.
    • Sterilet Mirena
  • AINS anti inflammatoire : Inhibiteur de la synthèse de prostaglandine
    • Limité dans le temps
    • Mais présente des Effets indésirables : digestif, neurosensorielle (céphalee) hematologique : 10%
  • Neuromodulateur si une hypersensibilisation centrale pelvienne est associée

TRAITEMENT PHYSIQUES

  • CHALEUR
    • Efficacité comparable au AINS
    • Disponibilité difficile 
  • ACUPUNCTURE/ YOGA/SPORT
    • Diminution du stress
    • Amélioration qualité de vie
  • SOUTIENT PSYCHOLOGIQUE
    • Intérêt  dans les dysmenorrhee sévère rebelle au traitement

Le Syndrome douloureux utérin ?

Il est lié a une modification de la sensiblité de l’utérus et se définit par des douleurs utérines en dehors des règles, des douleurs pendant le rapports, et une douleur pendant les règles.

Nouveau traitement possible ?

Malheureusement, 16-30% des femmes ne répondent pas , et sont rebelle au traitement médical .

Le centre l’Avancée étudie actuellement d’autres alternatives, qui pour le moment a pu retrouvé chez certaines patientes une amélioration de l'ordre 70 % .

Prendre Rendez-vous