res
Chirurgie gynécologique et mammaire

Colposcopie et conisation

Colposcopie

Principe et but :

Examen du vagin et du col avec une loupe binoculaire avant puis après application d'acide acétique puis de lugol, afin de mettre en évidence des lésions vaginales ou cervicales pouvant être pré-cancéreuses. Dans le même temps de l’examen, ces lésions sont biopsiées pour un diagnostic précis.
C’est l’examen de référence pour faire le diagnostic de lésion due au papilloma virus (HPV), pour suivre les traitements effectués et élaborer une stratégie de suivi thérapeutique.

Indications :

La colposcopie est effectuée lorsqu’il existe une anomalie des cellules au frottis, autrement dit une cytologie anormale :

  • Anomalies des cellules du revêtement du col de signification indéterminée (ASCUS en anglais) avec présence d’un papillomavirus oncogène (test HPV haut risque positif), c’est à dire pouvant induire un cancer du col,
  • suspicion de lésion de bas grade (LSIL), de haut grade (HSIL, ASC-H), de lésion glandulaire (AGC). La colposcopie doit aussi être effectuée lors de saignements vaginaux provoqués, en particulier post-coïtaux, ou lorsque le col paraît suspect lors de l’examen gynécologique.
Résultats :

L’analyse des biopsies cervicales doit correspondre à la terminologie de l'OMS qui ne distingue plus que les lésions de bas et de haut grade histologiques. Les lésions de bas grade correspondent aux anciennes CIN 1 et les lésions de haut grade aux CIN 2 et CIN 3 sans les distinguer.

Les lésions de bas grade régressent et disparaissent le plus souvent et doivent être surveillées par colposcopie. Ce n’est qu’en cas de persistance qu’une intervention chirurgicale peut être proposée, surtout s’il existe des anomalies plus importantes sur le frottis.

Les lésions de haut grade doivent être retirées par conisation.

Quand pratiquer une colposcopie?

Après les règles, car la zone de jonction où pénètre le papilloma virus, entre l’endo-col et l’exo-col est mieux visible. Après la ménopause, il est parfois nécessaire de mettre en place un traitement par œstrogènes avant la colposcopie.

Prise en charge :

Seules les lésions de haut grade histologique doivent être opérées par le retrait de la lésion. La pièce retirée comprend l’orifice externe et la base du col de l’utérus, elle a une forme de cône, l’intervention s’appelle une conisation. L’analyse de la pièce chirurgicale permet d’affirmer que la lésion n’était pas plus grave (cancer infiltrant) et que toute la lésion a été retirée. S’il s’avère que la lésion était déjà infiltrante, la prise en charge est celle d’un cancer du col de l’utérus. Si la conisation n’est pas passée en zone saine, une colposcopie de contrôle permet d’analyser le col restant 4 à 6 mois plus tard.

Opérer systématiquement toute lésion, même de bas grade ne résout souvent rien car le papilloma virus (HPV) persiste dans les tissus et le col devient plus difficile à surveiller par colposcopie, car il est devenu cicatriciel. Il est plus important d’insister sur la surveillance par colposcopie et de renforcer l’immunité (arrêter le tabagisme si c’est le cas). Pour une information complète et abordable, rendez vous sur le site de la SFCPCV (Société française de colposcopie et de pathologie cervico vaginale).

Prendre rendez-vous 

LEVEQUE Christine

Chirurgien pelvi-périnéale et uro-gynécologue

Prendre rendez-vous

BAUTRANT Eric

Chirurgien pelvi-périnéale et uro-gynécologue

PRENDRE RENDEZ-VOUS

AMIEL Christophe

Docteur en médecine, spécialiste en Gynécologie-Obstétrique

Prendre rendez-vous

FRANKE Oona

Gynécologue obstétricien Chirurgien gynécologue et mammaire

Prendre rendez-vous

THIERS-BAUTRANT Dominique 

Gynécologue médical

Prendre rendez-vous


Conisation

Qu'est ce qu'une conisation ?

L’intervention consiste en l’ablation chirurgicale d’une portion du col utérin.

Elle est réalisée le plus souvent devant l’existence d’anomalies du col, appelées dysplasies.
En l’absence de traitement, ces lésions sont un facteur de risque de cancer du col

L’intervention a deux buts :

  • Confirmer le type d’anomalies.
  • Permettre l’ablation de la dysplasie dans sa totalité.

Comment se passe l’intervention ?

  • L’anesthésie peut être générale, ou locorégionale (bloc para cervical) en fonction des cas et des contre-indications anesthésiques.
  • L’ablation de la portion de col peut s’effectuer à l’aide d’un bistouri électrique ou à l’aide d’un laser.

Existe-t-il des risques ou des inconvénients ?

  • La conisation est une intervention courante dont les suites sont indolores et simples dans la majorité des cas, hormis le risque lié à l’anesthésie.
  • Le principal risque est hémorragique, il survient le plus souvent quelques jours après l’intervention.
  • Sa survenue, si son volume dépasse celui des règles, nécessite de consulter votre médecin. L’hémorragie peut imposer un tamponnement vaginal par mèche ou compresse voire dans de rare cas une reprise chirurgicale, voire une transfusion sanguine.
  • La conisation est indolore.
  • Cette intervention préserve la possibilité de grossesse ultérieure, toutefois, un risque augmenté de fausse couche spontanée et d’accouchement prématuré a été décrit après conisation.
  • Tardivement, un rétrécissement (sténose) du col peut survenir et empêcher l’écoulement normal des règles et la surveillance ultérieure du col. Cette sténose peut nécessiter une simple dilatation et plus rarement une nouvelle intervention. Rarement, elle peut entrainer des difficultés d’ouverture du col au moment d’un accouchement.

Fiche d’informations chirurgicales

Info préopératoire

Prendre rendez-vous 

LEVEQUE Christine

Chirurgien pelvi-périnéale et uro-gynécologue

Prendre rendez-vous

BAUTRANT Eric

Chirurgien pelvi-périnéale et uro-gynécologue

PRENDRE RENDEZ-VOUS

AMIEL Christophe

Docteur en médecine, spécialiste en Gynécologie-Obstétrique

Prendre rendez-vous

FRANKE Oona

Gynécologue obstétricien Chirurgien gynécologue et mammaire

Prendre rendez-vous