res
Chirurgie gynécologique et mammaire

Chirurgie par voie vaginale

La chirurgie gynécologique par voie vaginale, appelée également par voie naturelle ou voie basse, est une chirurgie effectuée par le vagin. Elle est, comme la cœlioscopie, une voie d'abord mini-invasive.

Elle est indiquée dans des interventions vaginales mineures (conisation, ablation de kyste ou polype vaginal,...) ou dans certaines interventions plus complexes (hystérectomie, traitement de prolapsus,...)

Cette technique opératoire est réalisée en position gynécologique sous anesthésie locale, locorégionale ou générale. Une sonde vésicale est posée en cas d'interventions plus importantes.

Le type d'anesthésie est choisi en fonction de l'acte opératoire, du choix de la patiente, de son état de santé et du résultat des examens complémentaires éventuellement prescrits.

Quels sont les avantages de la voie vaginale ?

Les avantages de cette voie d'abord sont multiples :

  • Esthétique : absence de cicatrice visible
  • Réduction des douleurs post-opératoires
  • Hospitalisation plus courte
  • Récupération plus rapide

Quelles sont les inconvénients de la voie vaginale ?

Comme pour toute chirurgie, des risques opératoires et inconvénients existent comme notamment une miction douloureuse, des nausées, un ballonnement abdominal, des pertes de sang, etc. pouvant apparaître après l'intervention.

Exceptionnellement, d'autres complications peuvent survenir telles que des lésions sur les organes voisins (vessie, uretères, intestin), un saignement interne ou vaginal, une infection.

Il est important de savoir que :

  • certains risques peuvent être majorés par l'état de santé de la patiente, ses antécédents ou par un traitement pris avant l'opération,
  • en cours d'intervention, le chirurgien peut être amené à changer la voie d'abord et à avoir recours à une laparotomie.

Quel est le type d’anesthésie utilisée ?

Tout dépend de l’intervention, du choix de la patiente et de l’anesthésiste. On peut choisir entre une anesthésie générale, loco-régionale (péridurale, rachi-anesthésie en injectant un anesthésique dans le dos ou en anesthésie périnéale) voire locale (en injectant directement sur le lieu de l’intervention).

Peut-on choisir entre chirurgie vaginale et chirurgie cœlioscopique ?

Dans la majorité des cas, une des deux possibilités va s’imposer et cela vous sera expliqué par votre chirurgien. En effet la voie d’abord utilisée dépend du type de pathologie à traiter, de conditions anatomiques spécifiques de la patiente mais aussi de l’expérience de l’opérateur.

Prendre Rendez-vous